comment isoler une montée d’escalier ?

Isolation d’une montée d’escalier : quelles sont les normes ?

L’isolation et la rénovation d’une maison ancienne sont encadrées par la réglementation thermique de l’existant (RTE). Si le respect des normes d’isolation n’est pas obligatoire, il a un impact positif sur la valeur de revente de la maison. Isoler son escalier, qu’il soit à quart de tour, droit, design, en bois ou en métal, revient au même.

Les directives en matière d’isolation précisent le type d’isolant qui doit être placé sur les murs, les plafonds et sous les escaliers. Un mur donnant sur l’extérieur doit avoir une isolation comprise entre R = 2,2 àv2,9, selon le RTE. Pour un mur en contact avec une pièce non chauffée, le coefficient est R = 2, et pour le plafond de la cage d’escalier, R = 4,8. (si grenier perdu).

Quels matériaux pour isoler une montée d’escalier ?

Vous souhaitez isoler une montée d’escalier : les murs, le plafond et le dessous de l’escalier. Vous pouvez choisir parmi les options suivantes, en fonction de la partie à isoler, du type de décoration et du style de finition souhaité :

  • Polystyrène ;
  • Isolant mince ;
  • Laines (de verre, de roche, de bois ou de chanvre).

Comment isoler une montée d’escalier par dessous ?

Voici comment isoler votre maison :

Choisissez le bon type d’isolant (90 mm de laine de verre, R = 2), construisez une ossature (bois ou métal) sous les marches de l’escalier, laissez un espace entre la structure et les marches de l’escalier, posez l’isolant et terminez sous les marches.
L’isolant doit être posé en une seule pièce et couvrir toute la volée d’escalier.

Voir aussi :   Comment choisir son tableau mural ?

Comment isoler une montée d’escalier par dessus ?