Baignoire japonaise

Le bain japonais est une œuvre de beauté ! C’est une chose que nous pouvons contempler dans les salles de bains occidentales, en raison de plusieurs types de baignoires plus ou moins inspirées des salles de bains japonaises.

« La population japonaise a depuis longtemps un penchant pour le bain (…) », écrit Françoise Bonneville*. C’est presque comme si le bain était une religion à part entière. Le bain fait en effet partie de la vie au Japon. Mais attention : on ne se lave pas dans sa baignoire au Pays du Soleil Levant ! Une fois que l’on est propre, on n’entre que dans l’eau très chaude du bain (environ 42°C). La baignoire japonaise, dans laquelle nous barbotons parfois en famille, est donc assez haute et comporte un siège au fond de la baignoire pour plus de confort.

Immersion d’Agape

Baignoire japonaise-Immersion d’Agape avec 147,2 cm de longueur et 72,5 cm de hauteur.

Le cabinet de design chinois Neri&Hu a créé la baignoire Agape Immersion, qui a été influencée par les versions japonaises et chinoises en bois. Profonde et minuscule – elle ne mesure que 147,2 cm de long – elle n’occupe que peu d’espace : c’est une véritable voiture de ville qui peut s’intégrer dans les salles de bains les plus petites. On ne s’allonge pas dans la baignoire ImmersionIntérieur-de-la-baignoire-japonaise-Immersion-by-Agape, mais on s’immerge entièrement, jusqu’au cou, pour se détendre et donner un bain de vapeur à son visage… Un siège constitué d’une planche de bois amovible vous permet de profiter de votre baignoire d’une manière inédite. L’immersion se fait sur une surface solide (Cristalplant).

Voir aussi :   Idées de rangement et de placards pour la salle de bains

Fuo-Oke de Kitoki, modèle Yutori : s’enivrer de l’arôme citronné du bois

Cette baignoire artisanale 100% japonaise fait partie d’une ligne ancienne et est fabriquée en bois brut (qui n’a pas été verni ou traité). Depuis plus de quinze siècles, les Japonais fabriquent des vasques en bois, le Hinoki étant considéré comme le plus noble (ainsi que le Surgi, également appelé cèdre du Japon). Cette forme indigène de cyprès, qui se distingue par ses veines régulières, dégage un puissant parfum d’agrumes mêlé d’odeurs boisées que l’eau du bain revitalise. Cette essence est également employée dans la construction de structures sacrées et entre dans la fabrication de bâtonnets d’encens… Un plaisir olfactif avec une dimension spirituelle…

Les qualités naturelles de ce conifère le rendent idéal pour un environnement hygiénique : il résiste à l’absorption d’eau (et donc à la putréfaction), tout en étant antifongique, antimicrobien et antibactérien. Comme il s’agit d’une substance vivante, diverses mesures doivent être prises : installation dans un endroit protégé, ventilé et ombragé, vidange quotidienne du réservoir suivie d’un léger nettoyage à l’éponge…

A noter que l’entreprise Kitokio propose une version moins onéreuse en bois de Sawara, cyprès aux propriétés comparables au célèbre Hinoki (pour lequel il faut tout de même compter sur une plus-value de 70 % ). Les sept types de Fuko-Oke (rectangulaires, ovales, ronds) sont disponibles sur mesure et en plusieurs dimensions : trois largeurs (63-70-75 cm), six longueurs (90-150 cm) et trois largeurs (63-70-75 cm). En complément, un ensemble d’accessoires autour du rituel du bain (tabouret, seau, seau avec anse) est disponible.

Baignoire Yutori en bois Sawara sans nœuds, à partir de 3 248 € (modèle 900 ovale, L 90 x 63 x H 74 cm), hors TVA (comprenant le couvercle en bois, l’expédition du Japon au Havre et les frais de douane). Modèle Yutori 1100, L 110 x 70 x H 69 cm, 4 748 € (à Sawara) et 8 071 € (hors Sawara) (à Hinoki).

Voir aussi :   Salles de bains modernes 2022 - Modèles Designs Décoration

L’origine d’Inbani : une rondeur influencée par la culture balnéaire coréenne

Seung Yong Song, diplômé de l’École supérieure d’art et de design de Reims (double cursus en sculpture et en design), combine dans son travail des éléments occidentaux et asiatiques. La baignoire Origin poétise l’espace par sa forme circulaire compacte et enveloppante, inspirée de son pays et du savoir-faire ancestral de la poterie (diamètre réduit de 105 cm et H 55 cm, pour le bain assis). L’utilisation d’un tissu au toucher velouté ajoute à la douceur de l’ensemble (Ceramilux Mat, une résine chargée de minéraux également disponible en brillant).

Un plateau support en bois (finition naturelle, aspect brut) est amovible et apporte une touche de réalisme (également disponible en chêne Sauvage, dans une teinte grise). Ces quatre lattes rappellent les planches de bois qui, au Pays du Matin Calme comme à celui du Soleil Levant, servent normalement de couvercle aux cuves pour retenir l’eau à très haute température lors des ablutions en servant de point de chute. Le bain doit toujours être précédé de rituels : il est impossible de le rejoindre sans s’être d’abord entièrement lavé car il est conçu pour accueillir successivement tous les membres de la famille. Sa capacité est de 290 litres.
Prix public conseillé maximum HT de Sopha Industries : 5 575 € HT (en Ceramilux mat avec plan en bois de chêne sauvage).

La baignoire Ofuro de Maomi est parfaite pour les salles de bains compactes

Avec une cuve presque aussi profonde que longue, cette baignoire en bois enveloppée d’acier inoxydable s’inscrit dans la tradition japonaise. Ce type de baignoire japonaise permet une immersion complète du corps, y compris des épaules, permettant au corps et à l’esprit de se reposer. Moins d’un mètre carré au sol suffit pour s’offrir des « vacances » au Japon sans quitter sa salle de bains et goûter aux délices du bain à la maison, façon Ofuro, grâce à ses modestes proportions (L 98 x 66 x H 77 cm). Il convient également à un usage extérieur, par exemple sur une terrasse. Capacité de 200 litres Vidange à clapet avec chromage et débit de 50 litres par minute.
5 200 €, hors taxes, est le prix de vente au détail le plus élevé jamais enregistré (livraison dans l’UE, frais d’expédition à la charge de l’acheteur).

Voir aussi :   Photos et idées de salles de bains de luxe

Ofuro de Rapsel : un hommage contemporain aux bains privés japonais

La baignoire japonaise, qu’elle soit en forme de tonneau ou rectangulaire, est historiquement construite en bois (bien que l’acier inoxydable et le PVC soient également en concurrence), et c’est à ces versions ancestrales que fait allusion le nom-hommage d’Ofuro, terme qui signifie le « bain privé » au Japon. Ce modèle, conçu par Matteo Thun et Antonio Rodriguez, est construit en mélèze de Sibérie, séché et recomposé, et présente des proportions confortables (140 x 80 x H 60 cm). Bien qu’imputrescible par nature, cette substance « vivante » s’assombrit avec le temps (comme tout bois) et nécessite un entretien attentif et continu, notamment l’application régulière d’une huile particulière (une obligation qui peut rebuter, vu le prix très élevé de ce produit). Le mécanisme de vidange visible, avec une tirette latérale sur le bord extérieur du réservoir, est une caractéristique originale.
Chez Sopha Industries, le prix public HT maximum communiqué était de 13 495 € (avec trop-plein).